Le réseau national

Créée en 1998, l’association Cultures du Cœur est née du constat que sur 600 millions de places de spectacles mises en circulation en France chaque année, seules 300 millions étaient achetées par environ 20% de la population. En mettant à disposition ces places invendues, Cultures du Cœur favorise l’accès à la culture, au sport et aux loisirs de personnes qui en sont exclues.

 — 3 RAISONS —

  • La culture sous toutes ses formes n’est pas accessible aux personnes qui rencontrent des difficultés économiques, sociales ou physiques,

  • L’offre culturelle ne trouve pas un public suffisamment large et diversifié,

  • La culture est un vecteur d’insertion. Elle rassemble, favorise l’insertion et permet de choisir plutôt que de subir.

L’action de Cultures du Cœur s’inscrit dans le cadre de la loi du 29 juillet 1998 dont le chapitre V rappelle le « droit à l’égalité des chances par l’éducation et la culture ».
La loi dispose que « l’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs, constitue un objectif national. Il permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté ».

 — IMPLANTATION DE CULTURES DU CŒUR —

En 2013, le réseau de Cultures du Cœur, c’est :

  • une association nationale

  • 13 coordinations régionales

  • 39 antennes départementales

  • 10000 opérateurs culturels et sportifs

  • 9000 relais sociaux

— L’ÉTHIQUE DE CULTURES DU CŒUR —

Nombreux sont ceux, notamment dans le champ de l’action culturelle, qui travaillent autour de la « démocratisation culturelle » et de « l’élargissement des publics ». En effet, animateurs culturels, responsables d’équipements culturels, artistes, élus sont confrontés à la question « des non-publics ». Toutes les études et enquêtes confirment que de nombreuses inégalités d’accès frappent toujours les plus démunis et les plus fragiles.

En outre, il est désormais communément reconnu que l’accès à la culture constitue un réel vecteur d’insertion par le plaisir qu’elle procure, les échanges qu’elle permet et les questionnements qu’elle suscite. La culture et le sport apparaissent indispensables à la construction d’une identité, individuelle comme collective, en apportant un nouveau regard sur soi et son environnement. Ils contribuent à enrayer une spirale négative chez des personnes en situation d’exclusion.

La culture et le sport doivent être intégrés dans une démarche globale de construction de soi afin de favoriser l’insertion sociale.